Accueil

Actualités


 Les rémunérations des dirigeants

du CAC 40 en 2015

 

Cherchez le votre !            -->        ici


Nos droits


DROIT DE GREVE VOUS DITES ?

 

Cliquez ici...


dialogue Social


On arrête les compromis

Une 4e réunion de négociations a eu lieu entre la direction et les OS.

Un petit rappel des faits s‘impose : Tous les usages et accords du site ont été dénoncés en 2016.

Puis un accord groupe a été signé entre la CGC, la CFDT et la direction. En a                        découlé la perte des moyens servant à faire fonctionner le CE. Toutes les heures attribuées aux différentes commissions ainsi que les mi-temps du secrétaire et du trésorier du CE sont retirés.

Pour pouvoir fonctionner, toutes les activités du CE devraient être maintenant sur la base du bénévolat.

             En effet, plus de temps accordé pour s’occuper des affaires courantes ainsi que des commissions.

 

Tous ces problèmes s’ajoutent aux résultats très négatifs du DAMEC.

 

              • Les personnes quittant le site ne sont pas remplacées et leurs tâches de travail                       sont reportées sur celles qui restent.

              • Les pressions hiérarchiques envers les salariés s’amplifient et les arrêts maladie se                 multiplient.

              • Les taux de recouvrement fondent et la prise de congés est devenue plus                                 problématique que jamais.

              • L’excellence opérationnelle, nouvelle version, est en marche et annonce de                             nouvelles économies, de personnel surement.

              • Le labo contrôle réorganisé pour ne pas remplacer les départs et ainsi faire                             travailler plus.

              • La chaufferie qui passerait en 3x8 dans le seul but de supprimer 2 emplois.

              • Le secteur conditionnement regroupant les équipes jour électronique et bâtiment                 111 pour favoriser la polyvalence et ainsi éviter le remplacement des départs.

              • La présence quasi permanente dans l’usine d’intérimaires dont 2/3 en suractivité.

              • Des changements de tournes, ponctuels, demandés dans les équipes postées                         pour pallier aux absences.

              • Des réorganisations dans tous les secteurs de l’usine pour travailler plus avec                         moins de salariés.

 

Le manque de personnel est vérifiable partout et la preuve est faite que si on les                                   laisse faire, nous allons perdre beaucoup. La rentabilité est leur maître                                     mot et ils sont prêts à tout pour y arriver.

 

Donc comme dit plus haut, une 4e réunion de négociations a eu lieu

              entre la direction et les OS. La CFDT avait fait une proposition                                                       d’heures de fonctionnement pour les commissions du CE.

 

A l’origine, nous avions 3500h pour faire « tourner » le CE, et cela ne marchait pas                                 trop mal. La proposition CFDT est de 1580h (estimées on ne sait pas                                           comment !). La proposition de la direction est à 1016h.

 

Nous ne sommes pas des marchands de tapis, et nous estimons que les heures                                   allouées étaient légitimes. Le groupe, comme le site, vont très bien et rien                                 ne justifie cette réduction, sinon de faire gagner encore plus au groupe                                     Solvay qui ne redistribue rien pour l’avenir du site et de ses salariés !

 

Devant toutes ces régressions, La CGT ne veut plus accorder aucun crédit à ces                                     réunions qui ne servent qu’à « sauver les meubles ».

 

Ci-dessous, la déclaration faite avant de quitter la salle:

 

« Par la dénonciation des usages et accords, la direction a engagé la destruction

              de tous les acquis sociaux du CE, du droit syndical et donc des salariés.

 

L’accord rénovation du dialogue social n’a de social que le nom.

 

Détruire des droits sous prétexte de réformes n’est pas digne d’un groupe qui se dit                             socialement responsable ni de syndicats qui devraient être là pour augmenter ou                   au minimum ne pas perdre, ces acquis.

 

Partout dans notre site, quelques soient les ateliers, les services, les rythmes de travail, le                   mécontentement des salariés se fait sentir.

 

Vous, direction, êtes à l’origine de cette situation et serez responsables si                                                 malheureusement un drame se produisait. Quant aux syndicats                                                 d’accompagnement, ils se rendent complices en acceptant tous ces reculs en                           renégociant à minima des pseudos avancées. Les petits arrangements entre                             partenaires dit « sociaux » ne favorisent pas la transparence tant vantée par la                         direction.

 

La CGT revendique, comme au premier jour, de ne rien perdre de ces acquis.

 

Dans un contexte où les résultats du groupe et du site sont au mieux, l’incompréhension                   est grandissante quant aux mesures de restriction prises par nos dirigeants et                         acceptées par des syndicats.

 

Quelles seront les décisions prises quand les résultats ne seront plus à la hauteur des                         attentes ? Devrons-nous nous serrer la ceinture un peu plus encore ? Devrons-nous               accepter de perdre du salaire alors que d’autres se gaveront ?

 

La notion de partage est apparemment bien loin de vos préoccupations.

 

Le besoin de gagner toujours plus en redistribuant le moins possible est un point                                  cristallisant pour des salariés excédés. Les départs non remplacés, des                                      licenciements économiques non justifiés, sont aussi un point très irritant. Les                          salariés de tous les secteurs sont pressés, stressés, fatigués et indignés par vos                        méthodes. Nous ne participerons pas au sabordage de notre établissement.

 

Dans ces conditions, vous n’aurez plus La CGT dans vos réunions de Rénovation. Nous                          allons, à partir de maintenant, informer les salariés de notre décision et décider                      avec eux de la suite à donner. »

 

Il va falloir se bouger tous ensemble pour enfin faire cesser les répressions, et les                                   régressions en tous genres.

 

Il est de notre devoir de ne pas les laisser pourrir notre site.

 

Il est de notre responsabilité à tous de leur montrer que nous sommes professionnels et                      que ce n’est pas parce que le chef est chef, qu’il sait tout sur tout et qu’il a                                toujours raison.


la rochelle


 

Coleo, l'alibi de destruction d'emploi ?

 

Démarrage Coleo : 25 postes créés

cliquez sur le lien

ici

 

Arrêt Coleo : 40 postes supprimés

cliquez sur le lien

ici

 

 


poil à gratter


UN PEU DE LECTURE ?

Le numéro 9 est arrivé

 

Cliquez ici...


média


NEWS MEDIA 

 

Les videos du web 

 

Cliquez ici...


Collectifs jeunes


ET LES JEUNES ?

 

Cliquez ici...


mise au "poing"


PETIT PROBLEME DE CHIFFRES ?

 

Cliquez ici...


affiches


QUELQUE AFFICHES

 

Cliquez ici...


contact


DES QUESTIONS ? DES AVIS ?

Contactez-nous, on est là pour ça !